Journalisme et Education aux Médias

Les enfants de la guerre et la Syrie

Les enfants de la guerre et la Syrie

J’ai eu beaucoup, mais alors beaucoup de mal à préparer cette chronique sur les enfants syriens…je l’avais même raconté dans ce billet…sentiment enfantin peut-être mais concerné viscéralement.

Ce matin, je suis plus forte et j’ai envie qu’on re-parle de ces enfants syriens, des civils pris entre le marteau et l’enclume de positions géopolitiques … pilonnés chaque jour par un dictateur qui fait le 20h de France2.

14 minutes… 14 longues minutes…

Alors bien sûr, que ces 14minutes d’interview permettent aux français de se faire une opinion sur Bachar Al- Assad apparaît comme noble objectif et en même temps, tellement méprisant et condescendant à notre endroit…

 

Comme si, nous n’en avions pas déjà une, comme si ces images de bombardements, d’hommes agonisants, de familles endeuillées, de gamins derrière des barbelés, de cette petite fille les bras en l’air confondant téléobjectif et canon de Kalachnikov qui tournent en boucle, ne nous suffisaient pas…

La professionnelle du marketing que je suis a du mal à percevoir la vertu « informative » et éducative » de l’interview d’un dictateur…surtout quand au même moment, je lis avec délectation la vie de Beate & Serge Klarsfeld –  résistants, luttants, indignés face à l’injustice et à l’impunité dont jouissent les anciens nazis…et A-GI-SSANTS.

Ah tiens, vous avez remarqué, Bachar s’est rasé la moustache… Dictateur et moustache – on fait vite des associations d’idées – et je ne pense pas qu’à Charlie Chaplin là – quoique…

En 1968, Beate a giflé le chancelier allemand ancien nazi Kiesinger.

Autoriser le président syrien a expliquer à une heure de grande écoute, qu’il ne dialoguera pas avec la France tant que la politique étrangère française dans cette zone,  ne changera pas, c’est de la diplomatie, pas de l’information, ça n’a pas sa place dans au 20h… et surtout c’est un affront, une claque…

Le 20 avril, c’est Bachar qui m’ a giflée… encore…

Alors rien que pour ça, je vous invite à revisionner cette chronique – pour Hudea et les autres enfants.

 

 

Partagez cet article

Voir aussi...

1 commentaire

  • Sophie- 22 avril 2015

    BRRRRRrr… Les larmes aux yeux devant cette petite poupée et non ce n’est pas un film.

    Merci Elsa de nous fédérer et de nous faire prendre conscience de ce qui se passe si près et si loin de nous…

    Assise devant l’ordinateur, que puis-je faire ? … Je viens de contacter UNICEF, c’est le minimum…

    Oui, A-G-I-R, chacun avec ses moyens, pour que Hudea et ses petits camarades connaissent autre chose.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.