Culture & littérature

Du sexe et de l’esprit ! L’anatomie de l’amant de ma femme – Raphaël Rupert – Editions Arbre Vengeur

Du sexe et de l’esprit ! L’anatomie de l’amant de ma femme – Raphaël Rupert – Editions Arbre Vengeur

Plus éloquent que Sophocle, plus profond que Racine, j’avais trouvé dans le spectacle de Youporn les ressorts tragiques dont j’avais besoin, que les Atrides au grand complet ne pas me procurer. p 50

Raphaël lâche l’architecture pour devenir romancier comme sa femme.

Raphaël marié depuis longtemps, découvre dans le journal intime de celle-ci, l’existence de Léon, son amant.

Ai revu Léon. Il m’a prise 2 fois sans débander. Sa queue est plus grosse que celle de Raphaël, je n’avais jamais fait attention à cette question de taille.Maintenant je comprends. p30

Léon est … performant … peut-être même plus que lui. De là notre Raphaël tente de comprendre ce qui rend ce « Léon » si incroyablement hors normes et les raisons qui font réellement vaciller sa Laetitia.

Derrière ce titre savamment choisi se cache l’anatomie du cerveau de Raphaël Rupert.

En le nommant, on croit fatiguer le malheur, qui est en réalité un inépuisable marathonien. p 103

Une plongée caustique – hilarante – parfois gênante dans les tréfonds du désir de l’être humain : desir créatif – desir physique. Welcome au pays de la puissance créatrice : la libido. Être où sembler être. Jouir ou jubiler.Vivre ou Exister.

Un style qui m’a valu des éclats de rire notables dans le métro, des rougissements impromptus en lisant les scènes chaudes dont chacun se délectera. J’ai aussi eu droit à des regards interrogatifs d’autrui scotchés au titre de la couverture rose fushia qui ne passe pas inaperçue (bien joué #larbrevengeur).  Et surtout, au delà de tout, j’ai ressenti une infinie tendresse à l’égard de ce Raphaël dont la crudité du rapport à son sexe emprunte les chemins de l’égalité … des sexes justement.

Que dire de la profonde finesse des références philosophiques et littéraires égrenées avec malice et intelligence pour appuyer un propos hautement contemporain.

Depuis que j’avais constaté que je n’avais aucune des qualités morales pour appartenir à cette étrange société humaine où chacun sait en secret qu’il n’est rien et prétend être exactement l’inverse, il ne me restait pas d’autres voies, pour ne pas réintégrer un monde sans désir, que celle de préserver cet art. Ma stratégie consistait à disparaître un peu plus dans ma vie imaginaire. p199

A lire donc !

Partagez cet article

Voir aussi...

Écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.