Handicap & Société

Et HOP, « pas d’handicapés sur ce vol » avec Air France

Et HOP, « pas d’handicapés sur ce vol » avec Air France

Dimanche 23 septembre, 8 jeunes (de 12 à 18 ans) souffrant d’épilepsie ont été refoulés du vol 7370 Air France Paris Brest au motif de leur pathologie. Depuis le 16 septembre 2018, Air France a choisi de confier cette liaison à la compagnie bulgare, Bulgaria Air dont la politique  handicap ne semble pas poser question à la compagnie nationale. Récit.

 

«  Le pilote ne veut pas de nous dans l’avion ! On est dans l’aéroport sans accompagnateur avec des tickets repas« .

Voilà la teneur du coup de téléphone que Christophe L. reçoit dimanche soir, 1h après avoir déposé son fils à Orly.

Comme tous les 15 jours, après avoir passé le week-end chez ses parents, Mathys retourne en internat dans leur institut spécialisé dans l’accueil et la scolarisation de jeunes souffrant d’épilepsie active situé dans le Finistère. Car, Mathys, 16 ans est épileptique. Comme tous les 15 jours, ses parents le laissent avec certains camarades, à l’embarquement du vol HOP Paris/Brest affrété par Air France. Leur institut a depuis quelques années un partenariat spécifique avec la compagnie nationale. Le 23 septembre, ils sont 8 enfants épileptiques, âgés de 12 à 18 ans, à emprunter le même l’avion à destination de Brest. Là bas, les attend ensuite une navette pour les ramener au centre.

Mais ce dimanche soir, les choses ne vont pas se passer comme d’habitude. Après avoir quitté leur famille, Mathys et Akram enregistrent avant leur 6 autres camarades, entrent dans la zone d’embarquement, puis descendent sur le tarmac de l’aéroport accompagné par le personnel Air France, prêts à monter dans l’ Embraer 190 direction Brest. C’est alors que le commandant de bord leur aurait lancé  » on ne prend pas les handicapés sur ce vol ». Sans que Air France ne prévienne les parents, ils sont alors immédiatement reconduits à l’aéroport, livrés à eux-mêmes pendant près de 1h30, munis d’un simple ticket-repas. Tous ces enfants font partie du protocole SAPHIR et UM définis par Air France qui impose à Air France, une fois leurs accompagnants partis, de ne jamais les laisser seuls. Il faudra qu’un des amis de Mathys (trop éprouvé pour téléphoner) joigne Christophe, le père de celui-ci pour qu’il fasse demi-tour et leur vienne en aide.

 

« Nous avons fait une erreur et nous avons présenté nos excuses aux parents »

La direction de la communication d’Air France m’explique que depuis le 16 septembre 2018, c’est Bulgaria Air  qui opère, entre autre, la liaison Paris/Brest pour le compte de notre compagnie nationale. Ces liaisons sont assurées par un Embraer 190 qui peut accueillir jusqu’à une centaine de passagers. Air France assure que Bulgaria Air est bien entendu homologuée par la DGAC (Direction Générale de l’Aviation Civile) et respecte les règles de sécurité d’Air France. Sauf que, Air France m’apprend que les règles de sécurité sont spécifiques à chaque appareil et non aux compagnies. Et sur un Embraer 190 ne sont autorisées à embarquer qu’un maximum de 4 personnes dites « à spécificités » autrement dit avec un handicap. Une information qui aurait dû être prise en compte par Air France afin de prévoir une solution. Et cela aurait surement été rendu possible puisque  les réservations des 8 enfants ont été validées par la compagnie le 16 août dernier.  « Air France a fait une erreur et a d’ailleurs présenté ses excuses aux parents. Nous avons lancé une enquête pour comprendre à quel moment de la chaîne de reservation cette erreur a pu se produire » dira un responsable de communication Air France.

 

Document fourni par le personnel d'Air France aux parents de Mathys
Document fourni par le personnel d’Air France aux parents de Mathys

 

Selon mes sources, Air France avait tout à fait conscience de la situation. En effet, à 16h, le Pôle Superviseur s’assure après du commandant de bord que celui-ci acceptent bel et bien les 8 enfants en dépit des règles pour le vol de 18h. Ce dernier donne son accord. Il semblerait, à écouter Air France, que ce soit la cheffe de cabine qui ait formulé son refus de prendre en charge 8 personnes « à spécificités ».

Notification de refus d’embarquement pour Mathys signée d’Air France

 

S’en suit une soirée de réclamations, incompréhensions et discussions pour trouver une solution et laisser les enfants monter à bord du vol Air France de 20h45.

Un cas de discrimination qui en dit long …

Pour Akram, 16 ans,  la situation est claire « On est discriminé parce qu’on a un handicap, c’est déjà assez lourd comme ça ». Certains parents envisagent de porter plainte contre la compagnie aérienne et ne manqueront pas d’être soutenus par Epilepsie France.

« Cette accumulation de comportements et de propos d’une violence extrême les amène à intérioriser une image d’eux-mêmes profondément négative, où la maladie et le handicap sont synonymes de faiblesse et sources de culpabilité. Le message qui leur est ainsi envoyé, c’est celui d’une société dans laquelle ils n’ont aucune place. » déplore Delphine Dannecker – Présidente d’Epilepsie France.

Les enfants ont été choqués par la violence des propos qu’ils ont essuyé. Air France a beau avoir présenté ses excuses aux parents ainsi qu’aux enfants, et les avoir replacé sur vol plus tardif, cette soirée les marquera longtemps. Et les renvoie de façon manifeste à leur handicap.

Néanmoins ce qui est arrivé ce dimanche soir, pose plusieurs questions. Comment Air France peut prétendre déployer une politique inclusive quand la compagnie ne coordonne pas sa billetterie aux conditions de vol de ses prestataires ?

Et puis plus profondément, il convient de s’interroger sur les critères de sélection des partenaires que choisit Air France pour assurer sa sous-traitance. Qu’est-ce qui est réellement privilégié ? Un critère économique avec par exemple un sous-traitant dont la rentabilité est assurée par la réduction de personnel navigant ne permettant pas la même sécurité que les vols 100% Air France ? Ou leur objectif commun de déployer partout sur le territoire et au delà , la politique sociale d’ouverture et d’inclusion que brandit Air France ?

En attendant, Bulgaria Air continue d’assurer les lignes Paris/Brest – Paris/Clermont Ferrand – Paris/Montpellier jusqu’au 27 octobre prochain.


Communiqué de Presse adressé par Air France

Le vol AF7370 Paris-Orly / Brest du dimanche 23 septembre a été effectué par une compagnie aérienne affrétée par HOP!. Cette compagnie n’a pas accepté les clients valablement réservés pour effectuer cette liaison, la compagnie présente ses excuses à ces clients pour les désagréments qu’ils ont connus.

 

Cette situation exceptionnelle ne correspond pas au fait que HOP! transporte toute l’année de très nombreux passagers en situation de handicap, grâce au service particulier Saphir mis en place pour répondre aux attentes de ces clients.

 

HOP! et Air France prient leurs clients de bien vouloir les excuser et assurent que cette situation ne se reproduira plus. Elle met tout en œuvre pour retrouver une situation lui permettant d’exploiter cette ligne avec ses propres avions.

SERVICE DE PRESSE HOP!
Agence Muze Communication
Tél. : 01 84 79 61 00
Mail : hop.press@muzecommunication.fr

 

Version Vidéo

 

Partagez cet article

Voir aussi...

Écrire un commentaire