Atelier d'écriture

Atelier d’écriture #305 – Feuille de route

Atelier d’écriture #305 – Feuille de route

Après une petite pause me revoici assidue pour l’atelier Bricabook.

Cette semaine , une photo de vieil herbier. Autant dire qu’après ma rencontre avec Hubert Reeves, j’ai eu envie de faire un rêve.

 

Et ça donne ça : bonne lecture

 

Version Texte

«Nous sommes tous la Biodiversité – L’homme qui n’en a pas conscience,  scie un peu plus la branche sur laquelle il croit trôner ». Hubert avait dévoré tous les ouvrages de l’écologiste incompris Arne Naess. Ce visionnaire norvégien du XXe pensait la nature dans une globalité d’interdépendance. Homme compris. La nature n’est pas au service de l’homme et le but ultime n’est pas de la dominer comme le prônait Descartes.

Malheureusement, depuis le milieu du XXe , de nombreuses plantes avaient disparu. On ne trouvait plus de colchiques dans les près, ni ailleurs. En revanche, les narcisses pullulaient comme jamais, empêchant les autres plantes de respirer.

Hubert, botaniste de renommée internationale œuvrait depuis des années pour la préservation de l’environnement. Ses actions étaient notables. Fin lobbyiste, il avait convaincu les Etats d’arrêter l’exploitation des énergies fossiles. A grand renfort d’activistes en herbe, il avait également réussi à lancer 5 bateaux-dépollueurs en charge de nettoyer les océans des sacs plastiques.

Seulement, sur sa passion première, les plantes, le vivant végétal, il n’était guère optimiste.

« Mais Papy, l’important n’est pas d’être optimiste ou pessimiste, l’important c’est d’être déterminé ». Voilà ce que lui avait murmuré sa petite-fille Rose quand elle lui avait apporté cette tige d’un vert naissant laissant apparaître 2 grandes et larges feuilles oblongues et délicatement nervurées.

Quand Hubert observa cette espèce, il ne put s’empêcher de penser qu’il l’avait déjà croisée quelque part. Une impression de déjà vu. Il scanna la plante et pris ses mesures. Puis il consulta son immense BIG DATA répertoriant les 300 000 espèces végétales connues en ce jour de 2050.

Rien. Néant. « Espèces Inexistante ».

« C’est impossible… ça ne peut être une nouvelle espèce, je l’ai déjà vue, j’en suis sur !

Puis, il se rappella de cet herbier des Bois de Creuse que sa mère lui avait transmis de son grand-père et lui même de son père …etc. Il en avait vu passer des saisons cet herbier. 600 pour être exact. Doté, d’une couverture marronnée aussi solide que l’écorce d’un chêne, il  conservait tous les trésors des premières sorties dans de Bois de Creuse. Des fougères, aux herbes hautes, aux plantes médicinales en passant par les feuilles des arbres : C’était un album de famille « végétal »

Il passa en revue toutes les pages laissant échapper cette odeur de mousse humide qu’il aimait tant enfant. Il caressa les échantillons de plantes accueillant ses souvenirs encore perceptibles.

Puis s’arrêta à la page « Collection 240 Muscinées » et particulièrement sur cette feuille asséchée par des années d’enfermement dans les pages de l’herbier. Il lut la mention positionnée sous l’extrait de la plante.

« Victoria Renaissancia » : la victoire renaissante. Presque disparue aujourd’hui. Espèce rarissime

Ce n’était donc pas une espèce nouvelle : mais bel et bien le retour d’une espèce disparue il y a plus d’un siècle.

De quoi rester déterminé et redevenir optimiste.

 

Partagez cet article

Voir aussi...

4 commentaires

  • Pierre F.- 28 mai 2018

    Texte très intéressant qui suscite la réflexion. J’ai d’ailleurs été en lire davantage sur Arne Naess que je ne connaissais pas (merci!).

    Depuis quelques semaines, chez moi, je fais la guerre aux pissenlits qui tentent de coloniser ma pelouse. Avant cela, j’ai dû usé de stratégie pour éloigner une mouffette qui creusait partout des trous pour s’empiffrer de vers blanc qui eux-mêmes se délectaient des nouvelles pousses de gazon. Au final, j’en suis à penser qu’à toutes les échelles de la vie, on assiste à une vaste guerre pour les ressources et le contrôle du territoire, que l’on soit humain, mouffette, vers ou pissenlit et que parfois c’est une espèce qui gagne, parfois c’est une autre. Pour l’instant, c’est l’humain.

  • Lily Rause- 29 mai 2018

    Très beau texte. C’est l’espoir qui nous guide

  • Adele- 31 mai 2018

    En dehors du message, noir avec une note d’espoir, j’adore cette trouvaille :
    « C’était un album de famille « végétal » »
    Belle idée, pleine de poésie !

  • Leiloona- 03 juin 2018

    Quand une rencontre réelle fait naître un texte virtuel. Très belle immersion. Je retiens :  » l’important c’est d’être déterminé. » La phrase d’un grand sage.